Posted by
MNOPerigord TOUR 2018

Découvrez le panel d’artistes qui participeront au 18e Festival MNOP,
leurs univers distincts – et cependant complémentaires – qui enchanteront vos soirées…

En attentant la Programmation, vibrez par les mots et les extraits musicaux de chacun d’entre eux !


Né en 1946 à Paris, Benoît Blue Boy partage très vite son temps entre ses études aux Beaux-Arts et ses compagnons de tous les instants : le blues et l’harmonica. Auteur compositeur, il décide d’apprendre son métier sur scène et de faire découvrir cette culture d’outre-Atlantique qu’est le blues. Le blues français est né.

En 1970, il part pour Los Angeles où il va séjourner deux ans. Il y fera la rencontre de Stevie Wonder, Carol King, James Taylor et Albert King. En 1972, il découvre auprès de Zachary Richard la musique cadienne de Louisiane. Les deux musiciens chantant en français reconnaissent mutuellement s’être influencés : Benoît par son blues et Zachary par ses racines louisianaises.

Le premier album de Blues en français « Benoit Blue Boy » sort en 1978 chez Vogue. C’est déjà du Made in Benoît avec des textes pleins d’humour et de dérision façon Boris Vian et surtout l’art et la manière de chanter le Blues bien de chez lui.

Un an plus tard, même envie pressante, il sort son deuxième album chez Vogue « Orignal », et dans la foulée, prend la direction artistique des deux premiers disques du groupe « Backstage » où sévissait déjà Paul Personne.

En 1981, on n’arrête pas Benoît Blue Boy comme ça et il lance sur la comète son 45 tours « Le Blue du vendeur de Blues ». Juste après, il travaille sur la réalisation du premier album de Patrick Verbeke. En Juin 82, c’est l’Olympia et Benoît participe à de nombreuses émissions de radio et télévisions. Son troisième album « Plaisir Simple » sort chez Gaumont.

C’est aussi chez Gaumont qu’il collabore artistiquement à un album de Jacques Dutronc. C’est en 1986 que sort son quatrième disque chez Madrigal « Tortillage » – titre qui prédestinera au nom de son futur groupe « Les Tortilleurs ». Le cinquième album sort en 1988 chez M.O. « BBB et les Tortilleurs » avec François Bodin à la guitare et Philippe Floris à la batterie. Peu avare de son art, Benoît parcourt la France et l’Europe.

En juillet 2000, Benoît enregistre à Austin « Benoit Blue Boy en Amérique » avec entre autres les West Side Horns, Hector Watt, Uncle John Turner. Plusieurs tournées avec Lazy Lester, « Maux d’absence » en 2004 de nouveau avec Geraint Watkins. « Funky Aloo » en 2010 avec Freddie Roulette.

En 2017, il revient au format 33 tours puisque « À boire et à manger à Saint-Germain-des-Prés » paraît uniquement sur vinyle et en téléchargement mp3. Benoît Blue Boy a également obtenu des récompenses : Meilleur artiste de blues aux Trophées France Blues 1998, Meilleur compositeur blues français 2001 et Meilleur album de blues français en 2001.

« Il est l’anti-Colonel Parker qui transforma Elvis en héros grec et au sein des Rolling Stones, il serait plutôt Keith Richards que Mick Jagger ». – Serge Sciboz


Benoît Blue Blues – T’es partie en socquettes

Retrouvez les concerts MNOP de Benoît Blue Boy :

  • Vendredi 27 juillet : Douchapt, Place de la Mairie, 20 h 30 – 10 €
  • Samedi 28 juillet : Montignac, Espace Louis Aragon, 17 h 30


Crédits Photos : Benoît Blue Boy