Posted by
Actualités

Une démarche qui suit le regard. Une allure en alternance, entre imperturbable et décontraction, où les yeux changent d’expression au gré du récit pour mieux conforter la chaloupe de la silhouette. Jamais très éloignée, la trompette ponctue le discours et y ajoute, au gré des inflexions, un brin de malice et de plaisir de l’instant. Michel Marty est comme ça et c’est tant mieux. Depuis maintenant 3 ans, au fil des étapes du MnopTour, il déroule sa faconde, raconte ses histoires en son de trompette. Une ouverture de concert en solo bénévole, en légèreté allègre. Les vieux traditionnels du jazz Nouvelle-Orleans ont trouvé là un thuriféraire respectueux, qui a depuis longtemps laissé le sérieux empesé à la porte de sa musique. Un coin de rue de New Orleans pour quelques étapes du MnopTour avec, en filigrane, l’odeur des beignets du Café du Monde au fond du Périgord.

Stéphane Colin


BLUES for mister MARTY

Echevelé au milieu des portées, il flâne avec ses pistons et ses notes dépouillées de toute préciosité…

Une trompette comme un fanal de trois siècles d’âge, guide nos pas et nos esprits dans ce chemin éthéré d’une Louisiane barilolée et métisse.

Quelle ressemblance avec un début de rituel, une porte basse, un chemin étroit, une voie lente et humide, une traversée des bayous avec un hot five ! 

Le silence se fait, et la trompette de mister Marty réclame cette rêverie récréative et néanmoins initiatique.

Derrière le rideau cajun et ces notes égrenées qui invitent au voyage et à la fraternité des âmes et des notes, mister Marty nous prépare et nous borde afin que le voyage dans le prisme musical du NOLA soit doux et suave…

Il dépose à nos sens l’ouverture d’un concert actuel de musiqueS qui ont traversé l’histoire du Black Code à Katerina…

Jacques Servia