Posted by
L'Aventure Lousiane

Tout au long de cette année, nous allons suivre les tribulations de Nathalie, bénévole MNOP, partie durant quelques mois à la Nouvelle-Orléans. Au travers de ses mots, Natalie nous offre un témoignage sincère et réel de NOLA.

La rencontre de Nathalie avec Big Chief Alfred Doucette est empreinte de magie, découvrez l’histoire d’un destin bercé par les ombres passées des Amérindiens, des racines africaines et du vaudou l’atypique NOLA

14 – Big Chief Alfred Doucette et les Black Indians

« 18 novembre 2018,

Né le 27 octobre 1940, ayant résidé toute sa vie à la Nouvelle-Orléans, il y est considéré comme une légende vivante. Il possède de nombreux talents comme le montre sa foisonnante carrière.

Big Chief Doucette est un Indien Mardi Gras de la Nouvelle-Orléans, qui a été honoré deux fois au Mardi Gras Indian Hall of Fame, une fois comme Big Chief des Flaming Arrow Warriors, puis à nouveau comme Chief Council des Flaming Arrow Warriors.

Mais il est aussi charpentier, constructeur et pilote de voitures de course, propriétaire du légendaire night club Nite Cap lounge ; il a entraîné et fait courir des chevaux pur-sang, c’est un artiste qui dessine et crée des costumes Indiens de Mardi Gras ; un chef Créole et un musicien renommé, auteur et interprète. Je l’ai rencontré pour la première lors d’une soirée-jam organisée en avril dernier par Randy dans sa maison de Saint Roch Street. Il émane de cet homme discret un magnétisme profond comme une force tranquille dont l’énergie inépuisable se manifeste et prend toute sa puissance lorsqu’il se met à chanter, s’accompagnant au tambourin. On sent qu’il aime profiter de la vie, et sa vie est passionnante…

En 1970, Big Chief Doucette, avec ses frères Roland et Sterling, ouvrit le premier night-club de la Nouvelle-Orléans. Le Nite Cap 1 présentait des groupes locaux célèbres comme The Meters, The Neville Brothers, ainsi que des artistes internationaux, The Manhattans, The Chi-Lites, Bobby Womack, The O’Jays, Betty Wright, Johnny Guitar Watson et Clarence “Gatemouth” Brown.

En 1977, le Nite Cap 1 fut remplacé par le Nite Cap 2, à une plus grande échelle. Le Nite Cap ferme ses portes dix ans après et les frères Doucette se consacrent à d’autres projets.

En 1980, Big Chief Doucette acheta une ferme de chevaux pur-sang à Lumberton, Mississippi. C’est là qu’il réussit une carrière dans l’entraînement et les courses de chevaux.

En 1989, il reçoit le titre de Big Chief de la tribu des Flaming Arrows, titre transmis par son frère aîné, Merc. Merc avait hérité son titre d’un ami de longue date de la famille, Big Chief Jabby, qui fonda la tribu The Flaming Arrows dans le 7ème Ward de la Nouvelle-Orléans. Big Chief Doucette travaillait déjà avec son frère et cousait des costumes traditionnels Indiens de Mardi Gras pendant des années depuis les années 50 et en 1989, il commença à dessiner et fabriquer ses propres créations, une compétence transmise par sa mère, une couturière qui dirigeait un atelier à la Nouvelle-Orléans.

Big Chief Doucette se souvient de Jabby créant des costumes Indiens en utilisant des écailles de poisson, des morceaux de miroir brisés et des pierres iridescentes au lieu des sequins et des perles qui sont utilisés aujourd’hui. Ils teintaient des plumes avec du Kool-Aidâ et des colorants alimentaires. Ils utilisaient des bouchons de bouteilles de Coca-Cola pour les tambourins et les shakers. Chaque costume raconte sa propre histoire et est une œuvre d’art à part entière. Son premier costume, « Pegasus », raconte l’histoire de ce cheval volant mythique.

En 2000, il créa le célèbre costume Marie Laveau, décrivant une scène de cimetière de la Reine du Vaudou, qui a rendu visite à Big Chief Alfred Doucette à trois reprises dans ses rêves, lui donnant l’inspiration pour créer le costume, les paroles de sa chanson et la capacité de chanter au-delà de sa tonalité habituelle, « Marie Laveau». Depuis, Marie Laveau est son esprit ange-gardien perpétuel dans la musique et dans la vie, lui envoyant des messages pour écrire d’autres chansons, notamment « Louisiana Pray », « Three In The Morning » et « Tired of Wine and Whiskey. »

En 2001, Big Chief Doucette fut inspiré pour créer un costume en commémoration des attaques terroristes du 11 septembre. Le « White Buffalo Suit » illustre la chute des Tours Jumelles en utilisant la légende Indienne du Buffle blanc comme esprit de paix. En 2004, il créa le « Spirit of the Soul. »

Ce costume raconte l’histoire de « Strange Fruit », une chanson popularisée par Billie Holiday qui fait référence aux nombreux lynchages des Afro-Américains. Ce costume fut exposé au musée Historic New Orleans Collection Museum et Calbido Museum de la Nouvelle-Orléans, ce qui consacre davantage le statut de légende vivante de Big Chief Doucette. Il continue à dessiner et créer de nouveaux costumes et des œuvres d’art.

En 1997, Il composa sa célèbre chanson, « Marie Comin’ Out », écrite à partir de la mélodie traditionnelle de « Lil Liza Jane ».

Big Chief Doucette a chanté cette chanson et d’autre en compagnie d’artistes remarquables comme Bamboula 2000, James Andrews, Trombone Shorty, Dr. John, Cyril Neville et Juice, entre autres.

Il a joué dans des salles locales, notamment, The New-Orleans Contemporary Arts Center, Audubon Zoo, House of Blues, The Maple Leaf Bar, Tipitina’s, Banks Street Bar & Grill, Vaughn’s, The Apple Barrel, DBA, Café Brazil, Café Negril, The Saenger Theatre, The Spotted Cat, The Cajun Pub, Ray’s Boom Boom Room et bien d’autres.

Big Chief Doucette joue aussi régulièrement dans de grands festivals comme New-Orleans Jazz and Heritage Festival, French Quarter Fest et Satchmo Fest.

La musique R&B dance, les chansons des Indiens Mardi Gras et l’art exceptionnel de Big Chief Doucette attirent un public international tout en faisant la promotion de sa riche culture de Nouvelle-Orléans.

Big Chief Doucette est venu jouer au Festival des Musiques de la Nouvelle Orléans en Périgord (MNOP) à Périgueux en 2011 avec Cherice Harrison et Big Chief Roger Nelson. Il a figuré dans de nombreux films, émissions spéciales de télévision, vidéos musicales, articles de magazines et journaux.

Regardez cette vidéo dans laquelle il explique et montre la création de ses costumes, en résumant sa vision de la vie : « La vie ne me stresse pas, je l’apprécie. J’ai eu de la chance de pouvoir faire tout ce que je veux ».


Big Chief Alfred Doucette

Big Chief Alfred Doucette from WWOZ New Orleans on Vimeo.


Les Black Indians

Il existe environ 40 tribus de Black Indians à la Nouvelle-Orléans, comme les Black Eagles, Golden Arrows, Guardians of Flames ou encore les Wild Magnolias. Ils vivent dans les quartiers Afro-américains et maintiennent leurs traditions, étroitement liées à leurs racines Amérindiennes et Africaines, à travers leur créativité dans la fabrication des costumes de Mardi Gras et dans leur musique.

Leurs chansons, comme la célèbre « Iko Iko » ou « Big Chief », racontent des histoires, leurs danses impliquent des personnages différents comme le Big Chief (Grand Chef), Second Chief (Second Chef), Spy Boy (Espion), Wildman (Homme sauvage), Medicine Man (Homme médecin) ou Queen (la Reine).

La maison du Big Chief est le point de rencontre de la famille et des amis qui se réunissent pour créer des costumes magnifiques, cousant des sequins, des perles et des plumes tout au long de l’année afin d’être prêts pour le grand jour : Mardi Gras (Super Sunday) et la nuit de la Saint-Joseph. Ce jour-là, ils chantent, dansent et défilent dans les rues, perpétuant 300 ans de traditions, transmises de génération en génération.


Big Chief Alfred Doucette’s 75th Birthday with the Flaming Arrows & the Gristones

N’hésitez pas à parcourir en plus de cette chroniques le blog de Nathalie :
laventurelouisianaise.blogspot.com/2018/09/welcome-to-my-new-world.html


Crédits Photos : WDSU.com, Film International, Curbed NOLA