Posted by
L'Aventure Lousiane

Tout au long de cette année, nous allons suivre les tribulations de Nathalie, bénévole MNOP, partie durant quelques mois à la Nouvelle-Orléans. Au travers de ses mots, Natalie nous offre un témoignage sincère et réel de NOLA.

Si la douceur nonchalante de NOLA séduit bon nombre d’entre nous, la nuit, ce sont ses racines sensuelles, primitives et vaudoues qui vous ensorcelleront.. Avec Nathalie, partez cette semaine à la découverte des nuits New-Orleans…

16 – OLA’S BARS

« 3 novembre 2018,

Cette semaine, je vous emmène faire la tournée des bars, et à NOLA, qui dit bar, dit musique bien évidemment…

Chickie Wah

2828 Canal St., New Orleans, LA 70119 – www.chickiewahwah.com

Situé dans le quartier de Mid-City, à quelques arrêts de Street Car du Quartier Français, Chickie Wah est l’un des premiers spots dance & groove de Nola.

Le bar est célèbre pour ses concerts live presque chaque soir et son soutien aux talents locaux dans toute la communauté (toutes les entrées sont directement versées aux groupes). Chickie Wah propose des boissons spéciales chaque jour pendant le happy hour et un grand menu de plats BBQ du sud classique. J’ai été y voir Johnny Sansone, John Fohl et Papa Mali un mercredi soir, l’atmosphère y était très intime, le bar était plein mais sans être bondé, principalement des habitués, des amis et fans des musiciens. Une soirée conviviale et chaleureuse dans un cadre unique !


Dba

618 Canal St., New Orleans, LA 70116 – www.dbaneworleans.com

Établi au printemps 2000, D.b.a. est un club de musique proposant des concerts tous les soirs avec des musiciens locaux et régionaux. Le D.b.a. est l’un des meilleurs bars à ne pas manquer sur Frenchmen Street, j’ai pu y voir notamment Walter Wolfman Washington et John Cleary en solo avec son piano. John Boutte et plusieurs brass bands comme Treme Brass Band et Tuba Skinny s’y produisent aussi régulièrement.

Situé dans l’historique Faubourg Marigny, le bar sert une vaste sélection de bières, vins et alcools dans un environnement chaleureux et non-fumeur. La salle de concert, dans la pièce juste à côté du bar n’est pas très grande et se remplit assez vite, ce qui confère un caractère très intimiste à l’ambiance.


Le Bon Temps Roulé

4801 Magazine Street – New Orleans, LA 70115 – lbtrnola.com

Le Bon Temps Roulé est un bar la journée et un club de musique célèbre dans le monde entier le soir. On y joue de tout, des brass bands à Klezmer. J’y ai vu un soir le pianiste Tom Worrell accompagnant le groupe des Indiens de Mardi Gras, Cha Wah ; l’énergie fiévreuse de ce groupe emplissait le bar bondé, faisant danser tout le monde sur ses rythmes endiablés, quelle fantastique ambiance ! 

En 1979, Ned Hobgood a acheté ce bâtiment historique au 4801 Magazine Street dans le quartier Uptown de New-Orleans et baptisa l’établissement, Le Bon Temp Roulé (« let the good times roll » en anglais, la devise de New-Orleans ). Le bar est rapidement devenu un site incontournable de la scène musicale de la ville.

Des musiciens de renommée comme Kermit Ruffins, le Soul Rebels Brass Band et Anders Osborne y ont joué au début de leurs carrières et des légendes comme Clarence « Gatemouth » Brown et Walter Wolfman Washington ont fait l’honneur de se produire sur cette scène très intimiste. Mais comme tout bâtiment à New-Orleans, l’histoire du bar remonte bien plus anciennement. Un jeune trompettiste, qui est aussi passé par la tradition de brass band de New-Orleans, y a fait démarrer sur les chapeaux de roues un traditionnel jazz revival qui perdure à ce jour. Pendant quatre ans depuis début 1994, à l’époque où la cour arrière du Bon Temps Roulé était fermée, Kermit Ruffins a aidé à faire connaître le bar comme étant « l’endroit » incontournable pour écouter de la bonne musique en ville.

Des célébrités de tout genre passent régulièrement au Bon Temps Roulé car le mot est passé qu’il s’agit d’un lieu qu’elles peuvent fréquenter sans être dérangées. Des icônes old school d’Hollywood aux musiciens de renommée mondiale en passant par des stars plus récentes, vous ne savez jamais qui pourra être votre voisin de bar ou sur le dance floor.

Le Bon Temp Roulé est aussi un lieu de rassemblement pour les traditions du Carnaval à Uptown New-Orleans depuis le milieu du 20e siècle. 

Un an avant les inondations qui ont suivi l’ouragan Katrina qui a presque détruit New-Orleans, le bar a changé de propriétaire. Pepper Kennan, un musicien heavy avec les groupes Corrosion of Conformity and Down, l’a repris avec l’intention de maintenir la réputation de l’établissement de bar du coin avec une touche locale distincte indéniable. Le Bon Temp Roulé a réouvert à peine six semaines après la catastrophe qui inonda quatre-vingt pour cent de la ville. Le bar est revenu à la vie, véritable phare dans la ville encore sombre. Lieu de rendez-vous pour les évacués qui rentraient, partageant de la nourriture entre eux et avec les milliers de personnes venus déblayer et reconstruire la ville.

Aujourd’hui, un nouvel auvent en cuivre et fer forgé ainsi qu’un nouveau toit accueillent tout le monde au Bon Temps Roulé. Tous les vendredis, le célèbre pianiste Joe Krown s’y produit pendant que les habitués et ceux qui sont au fait engloutissent des huîtres gratuites. Les Soul Rebels, rendus mondialement célèbres pour leurs collaborations avec des groupes comme Metallica, Nas et Miss Lauryn Hill, continuent à faire péter les watts chaque jeudi soir.


Maple Leaf

8316 Oak Street, New Orleans, LA 70118 – www.mapleleafbar.com

Nightclub d’Uptown avec des brass bands, du funk et bien plus. Je crois que c’est l’un de mes bars favoris, j’y ai vu de nombreux groupes avec de talentueux musiciens comme George Porter Junior, Johnny Vidacovitch, June Yamagishi ; ils commencent relativement tard, mais cela vaut la peine. Vous pouvez aussi siroter un verre dans la petite arrière-cour du fond près de l’atelier du peintre Frenchy.

Le célèbre Maple Leaf Bar est un bar de live music situé sur Oak Street dans le quartier de Carrolton à Uptown New-Orleans. Ouvert le 24 février 1974, c’est l’un des clubs musicaux en activité depuis le plus longtemps avec des concerts live tous les soirs. Cette première soirée, Andrew Hall’s Society Jazz Band a joué et ce tous les samedis pendant 7 ans. De nombreux musiciens old time s’y sont produits, notamment plusieurs membres du Preservation Hall Jazz Band. The Society Jazz Band est parti l’été 1981 mais ils sont revenus jouer plusieurs fois depuis, notamment pour la fête d’anniversaire des 30 ans en 2004.

Les styles musicaux représentés comprennent du blues, funk, R&B, rock, zydeco, jazz, des groupes jam et autres combos, avec des musiciens locaux ou des tournées nationales. Le lundi soir, c’est le lauréat 2018 du Grammy Lifetime Achievement, George Porter Jr. et son trio, le mardi, les lauréats d’un Grammy Award, Rebirth Brass Band, on compte parmi d’autres invités fréquents, des légendes locales comme James Booker, Papa Grows Funk, Clarence “Gatemouth” Brown, Walter “Wolfman” Washington, “Money Mike” Armstrong, The Radiators et Henry Butler.

Il n’est pas rare de voir des VIP comme Bruce Springsteen monter sur scène de façon impromptue pour une jam avec The Iguanas. Le groupe de Jon Cleary a été rejoint une fois par Bonnie Raitt.

Le Krewe of OAK de New-Orleans Mardi Gras commence et termine son défilé au Maple Leaf, où se tient son Krewe Ball, et le célèbre défilé et fête de Midsummer Mardi Gras fin août. Le Maple Leaf a figuré dans de nombreux livres et histoires écrites par les écrivains de New-Orleans.


NOLA Brewing

3001 Tchoupitoulas St., New Orleans, LA 70115 – http://nolabrewing.com

NOLA Brewery est la première brasserie de la ville située le long du Mississippi dans l’Irish Channel. NOLA brasse huit bières et ales originales en utilisant des ingrédients de la meilleure qualité du monde entier. Leur bière la plus célèbre est une blonde, traditionnelle, au corps modéré avec des arômes de houblons floraux et d’agrumes. Ils organisent régulièrement des soirées de concerts live dans l’entrepôt. J’ai été y voir Billy Iuso et les Iko All Stars pour une super soirée de musique et de dégustation de bières. Un lieu original chaleureux, beaucoup d’espace et une atmosphère conviviale.


Preservation Hall

726 Saint Peters Street, New Orleans, LA 70116 – http://www.preservationhall.com

Le légendaire temple du jazz traditionnel du Quartier Français. Le Preservation Hall de New-Orleans a été établi en 1961 en l’honneur de l’une des formes d’art les plus authentiques d’Amérique : le Jazz traditionnel de la Nouvelle-Orléans. Opérant comme scène musicale, groupe en tournée et organisation sans but lucratif, Preservation Hall continue sa mission aujourd’hui comme pierre d’angle de la musique et culture de New-Orleans. Au cœur du Quartier Français sur St Peter Street, le Preservation Hall présente des concerts acoustiques intimes de Jazz New Orleans plus de 350 soirées par an, avec des ensembles d’un collectif actuel de + de 100 maîtres locaux. Tous les soirs, le public est un témoin bienheureux de l’évolution de cette vénérable tradition vivante.

Le centre du Jazz Revival

L’histoire du Preservation Hall remonte aux années 50 à Associated Artists, une petite galerie d’art au 726 St. Peter Street dans le Quartier Français de New-Orleans.
Lors de l’ouverture de la galerie ; le propriétaire Larry Borenstein découvrit qu’elle réduisait sa possibilité d’assister aux quelques concerts de jazz locaux restants, il commença donc à inviter ces musiciens à des « sessions de répétition » dans la galerie elle-même. Des légendes vivantes du New-Orleans Jazz, George Lewis, Punch Miller, Sweet Emma Barret, Billie et De De Pierce, The Humphrey Brothers, et des douzaines d’autres ont joué lors de ces sessions.

Au cours de cette période, le jazz traditionnel avait cédé sa place en popularité au rock n’roll et au bebop, laissant beaucoup de ces musiciens sur le carreau. Bien que les efforts concertés d’aficionados comme William “Bill” Russell ont réussi à enregistrer et documenter cette forme d’art en baisse de régime au cours du « New Orleans Jazz Revival » des années 1940, les lieux qui proposaient du live New-Orleans jazz étaient rares et éloignés. Très vite, les sessions de Borenstein ont eu leur propre succès ; les amateurs de musique gravitaient vers la galerie, y compris un jeune couple de Pennsylvanie nommé Allan et Sandra Jaffe.

Ouverture du Hall

Les Jaffes sont arrivés à New-Orleans en 1960, après leur lune de miel à Mexico City. Au cours de leur visite, ils ont parlé avec quelques musiciens de jazz de Jackson Square qui allaient à la Galerie de Mr Larry. Lorsque les Jaffes se sont installés de façon permanente à New-Orleans, Borensten transmis les opérations nocturnes du Hall à Allan Jaffe et le Preservation Hall est né.

Le meilleur de New-Orleans en tournée

Les concerts de jazz nocturnes au Preservation Hall ont dès le début beaucoup fait parler la presse, d’abord les médias locaux, puis un an plus tard les médias nationaux comme The New York Times et The Brinkley News Hour. Allan croyait que le succès du Hall et de sa mission de préservation demanderait que ces groupes partent en tournée et en 1963, il organisa le nouveau Preservation Hall Jazz Band pour une série de concerts dans le Midwest. La tournée se révéla un véritable succès et l’intérêt pour le groupe et la redécouverte de la musique de New-Orleans s’étendit jusqu’au Japon.

Preservation Hall aujourd’hui

Reprenant la mission de ses parents, Ben Jaffe débuta une série d’initiatives centrées sur l’expansion des auditeurs de la musique au Hall et en tournée. Au fil des années, le groupe a commencé à accueillir un certain nombre de tournées et enregistrements collaboratifs avec des artistes du genre jazz traditionnel, notamment les Blind Boys of Alabama (gospel), Mos Def (hip-hop), The Del McCoury Band (bluegrass), My Morning Jacket (rock), et même une collaboration plus moderne de danse/ballet avec le chorégraphe acclamé par la critique, Trey McIntyre.


Snug Harbor

626 Canal St., New Orleans, LA 70116 – http://www.snugjazz.com

Depuis plus de 30 ans, Snug Harbor produit ce qu’il y a de mieux en jazz live et délicieuse cuisine régionale. Situé dans les trois pièces d’un magasin rénové des années 1800 situé dans le Faubourg Marigny, juste en dehors du Quartier Français. Il y a un restaurant, un bar et une scène musicale. Décrit comme le « club de jazz le plus classe de New-Orleans » par le New York Times et un « monument musical » par Rolling Stone. Le Snug propose des concerts live de musiciens de jazz locaux et nationaux en tournée. On compte parmi les habitués Charmaine Neville, Ellis Marsalis et Irvin Mayfield. 

Le club a été fondé en 1983 par Genn Menish et vendu ensuite à George Brumat. Brumat posséda le club jusqu’en 2007, quand il décéda d’une crise cardiaque à l’âge de 63 ans. Bien que le club n’ait pas été inondé, l’ouragan Katrina entraîna une fermeture temporaire forcée, qui porta préjudice de façon significative à l’héritage jazz de New-Orleans. Le club rouvrit ses portes le 14 octobre 2005.

Le bar propose deux concerts par soir à 21h30 et 23h30.


The Spotted Cat

623 Frenchman Street, New Orleans, LA 70116 – www.spottedcatmusicclub.com

The Spotted Cat Music Club est le jazz club par essence de New-Orleans. Situé sur la célèbre Frenchmen Street au cœur du Faubourg Marigny, « The Cat » comme les locaux l’appellent a été reconnu comme une destination internationale pour le jazz. De nombreux films, pubs et médias imprimés ont filmé et écrit sur le club pour sa musique extraordinaire et son ambiance unique. J’y ai vu Meschiya Lake et son groupe, The Little Big Horns et cette étonnante jeune femme avait enflammé l’endroit avec sa personnalité flamboyante, sa présence sur scène et sa musique.

The Spotted Cat Music Club est en couverture du guide touristique OFFICIAL New-Orleans Tourist et classé # 1 sur la plupart des sites des médias sociaux. Les touristes nationaux et internationaux, les locaux et les célébrités se retrouvent au club pour passer une bonne soirée de musique fantastique et de libations.

Chaque soir, deux sets de blues, jazz, latin ou l’une de leurs diverses permutations. L’endroit est restreint, l’énergie contagieuse, il peut être bondé, mais cela fait partie de l’expérience.

Tipitina’s

501 Frenchman Street, New Orleans, LA 70115 – www.tipitinas.com

Les clubs de musique sont rarement dédiés à un seul musicien, et peu à un musicien d’influence comme le compositeur et pianiste Professor Longhair. Henry Roeland Byrd, (a.k.a. Professor Longhair) est l’un des plus vénérés musiciens de rythm and blues de l’héritage de New-Orleans.

Longhair a créé un style unique en fusionnant les rythmes de rumba et de boogie-woogie, blues et R&B du sud. Surnommé Fess, il composa de nombreuses chansons inscrites dans l’ADN de la cité du Croissant comme « Mardi Gras in New Orleans », bande originale du carnaval chaque année. Longhair a influencé ses pairs musiciens depuis les années 50, notamment Dr John, The Meters, les Neville Brothers, Allen Toussaint et bien d’autres.

Le Tipitina’s débuta comme le juke joint du quartier, établi en 1977 par un groupe de jeunes fans de musique (The Fabulous Fo’Teen) permettant à Professor Longhair de se produire dans ses dernières années. Le lieu, baptisé d’après l’un des enregistrements les plus énigmatiques de Longhair, « Tipitina », a survécu au climat musical en perpétuel changement malgré des changements de propriétaire et une brève fermeture en 1984.

De nombreux artistes les plus appréciés de New-Orleans ont développé et continué à honorer de leur présence la scène du Tipitina’s comme Dr. John, The Neville Brothers, The Meters, Cowboy Mouth, The Radiators, Galactic, Better Than Ezra, et Troy “Trombone Shorty” Andrews.

Tipitina’s a eu la chance au fil de son histoire d’accueillir des artistes de renommée nationale comme Wilco, Nine Inch Nails, Pearl Jam, Lenny Kravitz, Bonnie Raitt, James Brown, Widespread Panic, Stevie Ray Vaughan, Tim McGraw, Goo Dolls, Parliament Funkadelic, Robert Cray, Patti Smith, Willie Nelson, Buddy Guy, Dresden Dolls, et Medeski, Martin & Wood.

De nombreux enregistrement live historiques ont eu lieu au Tipitina’s par des artistes comme Professor Longhair, Tuts Washington, Dr. John, The Neville Brothers, Anders Osborne, Kermit Ruffins, Galactic, Kim Carson, Wet Willie et Flow Tribe.

En tant qu’institution musicale intemporelle, le Tipitina’s a fait la promotion d’une musique inoubliable au cours de sa riche histoire et continuera à le faire dans le futur. »


N’hésitez pas à parcourir en plus de cette chroniques le blog de Nathalie :
laventurelouisianaise.blogspot.com/2018/09/welcome-to-my-new-world.html


Crédits Photos : New Orleans Easy Travel Guide, Candice Birdsong, Unveil Events, southerncomfort-bnb.com, Eater New Orleans, John Tebeau