Posted by
Actualités

Tout au long de cette année, nous allons suivre les tribulations de Nathalie, bénévole MNOP, partie durant quelques mois à la Nouvelle-Orléans. Au travers de ses mots, Natalie nous offre un témoignage sincère et réel de NOLA.

22 – NOCCA – Centre pour les arts créatifs de la Nouvelle Orléans 

« 20 janvier 2019,

Le New-Orleans Center for Creative Arts (Centre pour les arts créatifs de la Nouvelle Orléans) est un centre de formation régional pré professionnel pour les arts, proposant aux étudiants un enseignement intensif dans les arts culinaires, la danse, les arts des médias : production audio & cinématographique, la musique (classique, jazz, chant), les arts du théâtre (drame, théâtre musical, conception théâtrale), arts visuels et écriture créative, tout en requérant simultanément une excellence scolaire.

Le NOCCA a été fondé en 1973 par un groupe éclectique d’artistes, enseignants, leaders professionnels et activistes de la communauté qui ont détecté le besoin d’avoir une institution dédiée aux jeunes talents en éclosion de la région.

Wynton et Branford Marsalis, Harry Connick, Jr. Terence Blanchard, Jeanne-Michele Charbonnet, Wendell Pierce, Anthony Mackie, Mary Catherine Garrison et Gary Solomon Jr. ne sont que quelques-uns des diplômés du NOCCA qui peuvent témoigner de l’extraordinaire opportunité pédagogique que le centre représente pour les enfants de Louisiane.

Le palmarès du NOCCA ces dernières décennies est éloquent : chaque année, un taux remarquable de 95 à 98 % des diplômés de NOCCA sont admis dans des programmes de conservatoire et à l’université dans tout le pays. En outre, environ 80 % des étudiants du NOCCA reçoivent des bourses afin de poursuivre dans l’enseignement supérieur. La clé du succès du NOCCA est l’éthique de discipline et la responsabilité qu’il instille dans les étudiants, ce qui les prépare à des vies d’adultes productives, qu’ils choisissent des carrières dans les arts ou pas. L’admission aux programmes gratuits du NOCCA se fait uniquement sur audition.

En 2000, le NOCCA a déménagé sur un campus dans le quartier du Faubourg Marigny. Avant cela, le NOCCA a occupé pendant de nombreuses années un ancien bâtiment d’école élémentaire sur Perrier Street dans Uptown New-Orleans.

Le NOCCA propose une formation dans les arts professionnels, du coaching et des opportunités d’interprétation pour les étudiants du niveau secondaire qui aspirent à être des artistes créatifs. Reconnaissant l’enrichissement de la société par les arts, le NOCCA continuera son développement et la mise en place d’un programme d’enseignement intensif au sein de l’environnement d’apprentissage constitué par un conservatoire des arts. La philosophie de l’artiste/de l’enseignant en tant que mentor constitue la pierre d’angle du programme d’enseignement.

En tant que professionnels pratiquant dans leurs domaines, les membres de la faculté restent impliqués dans cette activité à des niveaux appropriés à l’échelon de leurs carrières professionnelles et d’une manière bénéficiant à la qualité de l’enseignement au NOCCA. 

Les étudiants du NOCCA reçoivent une formation pré professionnelle dans l’une des onze différentes disciplines artistiques suivantes et peuvent en plus participer à un programme éducatif d’une journée entière, « l’Academic Studio ».

  • Musique instrumentale classique : La formation intensive en interprétation de musique de chambre et individuelle est associée à la théorie, la formation auditive, l’histoire de la musique et la composition, avec une formation personnalisée en face à face. Bert Braud était le responsable à l’origine de la musique classique (dont Wynton Marsalis fut un des premiers diplômés) ; l’un des diplômés à l’origine du classique était le pianiste et compositeur récompensé Moses Hogan (décédé à présent).
  • Écriture créative : Dans les classes se concentrant sur la qualité et la technique esthétiques, les étudiants étudient des nouvelles, des courts récits, de la poésie, de la non-fiction créative et des films dans une variété de genres. Les étudiants discutent et analysent des textes, puis appliquent ces connaissances à leur propre écriture. Les étudiants écrivent presque tous les jours et ils reçoivent des exercices qui encouragent un travail qui nécessite une compétence à la fois technique et imaginative. Les étudiants étudient des œuvres en profondeur et produisent un magazine littéraire chaque année nommé Umbra.
  • Arts culinaires : La discipline des arts la plus récente du NOCCA propose aux étudiants un programme très intensif dans les compétences de base ; histoire ; cuisine régionale, nationale et internationale ; nutrition ; management de cuisine ; marketing ; jardinage et esthétique personnelle.
  • Danse : Les étudiants étudient l’histoire de la danse et sont soumis à une formation intensive individuelle et de groupe en ballet, danse moderne, jazz et claquettes afin de se préparer à des carrières dans l’interprétation de la danse et la chorégraphie.
  • Drame : Les étudiants maîtrisent le contrôle vocal (projection, prononciation, résonance, discours, ton, inflexion, dialecte), mouvement, jeu et improvisation ainsi que l’étude de l’histoire du théâtre, la littérature, le criticisme, la scénographie et la production technique.
  • Jazz : Les étudiants reçoivent une formation intensive dans les idiomes du jazz traditionnel, swing, bebop, modèle et libre. Ils s’entraînent au moins sur deux instruments. Les exigences de curriculum de base en musique incluent également la théorie, l’entraînement auditif, l’histoire du style et le piano. Le programme de jazz a récemment été dirigé par le célèbre clarinettiste de la Nouvelle-Orléans, Alvin Batiste avant son décès ; le directeur original du département de jazz était le pianiste renommé Ellis Marsalis Junior (père des musiciens Branford Marsalis, Wynton Marsalis, Delfeayo Marsalis et Jason Marsalis).
  • Arts des médias : Le curriculum englobe la cinématographie ; la direction ; l’édition ; l’éclairage ; l’animation en stop motion et informatisée ; le traitement de signal ; les effets spéciaux ; les médias de streaming ; story boarding ; écriture de script ; histoire et théorie du cinéma ; mixage numérique ; MIDI ; effets sonores ; ingénierie audio et production de disques ; et enregistrement sur plusieurs pistes.  Les étudiants se forment sur des programmes logiciels standards de l’industrie dans la production audio et vidéo.
  • Théâtre musical : allie la technique dans trois disciplines : musique vocale, comédie et danse. Le curriculum couvre aussi la théorie de la musique et l’histoire du théâtre musical.
  • Conception théâtrale : Le curriculum comprend la conception scénique, de costumes, sonore et d’éclairage. Chacune requière une formation en histoire et logiciel de conception assistée par ordinateur. Les rôles de production, l’interprétation, la rédaction, la création de modèles, et la création de concepts de design par le biais de l’analyse de script sont tous maîtrisés au cours d’une interprétation de huit à dix productions annuellement.
  • Arts visuels : On présente aux étudiants une gamme de médias pour lesquels on les forme, notamment le dessin, la peinture, la théorie de la couleur, la gravure, la céramique, la photographie numérique et argentique, l’infographie, la conception web, la menuiserie, la métallurgie, la sculpture, la fonte du bronze, la reliure de livre, l’encaustique, l’animation numérique et l’histoire de l’art.
  • Musique vocale : les étudiants maîtrisent une technique vocale correcte ; un répertoire extensif en Italien, Français, Allemand, Latin, Espagnol et Anglais ; ainsi que la théorie, la formation auditive, l’histoire du style et le piano. Le programme vocal classique est centré sur le chant de style opératique.

Pour beaucoup de gens, le jazz est simplement un style de musique. Pour la Nouvelle-Orléans, il fait partie de sa tradition et c’est une institution. Le New Orleans Creative Center for The Arts (NOCCA) a défendu son legs à l’époque contemporaine. Au cours de sa brève histoire, des anciens élèves du NOCCA comme Harry Connick, Jr., Terence Blanchard, Irvin Mayfield, et les frères Marsalis (Branford, Wynton, Delfeayo et Jason) ont tous laissé des empreintes durables à la Nouvelle-Orléans et dans le monde du jazz.

Alors que les musiciens de cette génération sont maintenant bien installés dans leur carrière, une nouvelle génération de diplômés du NOCCA fait sentir sa présence. Ils ont tous moins de 30 ans aujourd’hui, Christian Scott, Troy “Trombone Shorty” Andrews, Jonathan Batiste, Sasha Masakowski, Khris Royal, Gregory Agid et Jasen Weaver se servent ces leçons apprises au NOCCA pour créer le nouveau son de la Nouvelle-Orléans.

NOCCA 101

  • Troy “Trombone Shorty” Andrews (Classe de 2003, trombone, trompette) : Clyde Kerr m’a changé en tant que musicien. Il voulait que je comprenne la bonne technique pour que j’arrive là où j’en suis aujourd’hui. Il s’est concentré sur l’apprentissage de mes fondamentaux, la théorie et la lecture et l’écriture de la musique.
  • Christian Scott (Classe de 2001, trompette) : Lorsque vous étiez dans la classe de Kent Jordan, il s’assurait que vous utilisiez le langage qui existait dans la culture du jazz en dehors de New Orleans, bebop, hard bop, post-bop, et free jazz, en plus de comprendre des gens comme King Oliver et Kid Ory.
  • Gregory Agid (Classe de 2005, clarinette) : Alvin Batiste a été le professeur le plus attentionné qui m’a inspiré le plus. Il enseignait d’une manière lui permettant de respecter chaque enfant comme un artiste. On sentait que pendant les leçons, il apprenait autant de nous que nous apprenions de lui.
  • Jasen Weaver (Classe de 2008, basse) : L’environnement au NOCCA permet de vous apprendre à être confiant dans ce que vous essayez de faire et ce que vous voulez faire. Ils trouvent toujours des manières de vous inspirer. Je tire la confiance dans mes capacités des fondamentaux que j’ai appris là-bas.

La pression des pairs

  • Khris Royal (Classe de 2004, saxophone) : Quand Christian et Shorty jouaient, les gens écoutaient automatiquement. A partir du moment où j’ai compris cela, j’ai toujours essayé de jouer avec la même autorité et conviction sur mon saxophone comme ils le faisaient sur leurs instruments. Je voulais jouer avec beaucoup d’énergie et d’intelligence en même temps.
  • Jonathan Batiste (Classe de 2004, clavier, melodica) : Un jour à la cantine, Troy m’a abordé et il a dit, « Et si on formait un groupe. On en fait un spectacle. Pas seulement un concert. Il faut que ce soit un spectacle. » C’était son mot clé, « spectacle ». C’est devenu l’une de mes premières expériences en jouant avec quelqu’un qui était un de mes pairs et qui voulait faire des choses similaires à celles que je voulais faire.
  • Christian Scott : Je jouais en classe de concert avec (Big) Sam Williams, Devin Phillips, et Courtney Bryant un jour quand Trombone Shorty et Khris Royal sont entrés s’asseoir. Je me souviens avoir regardé les visages de tout le monde en pensant que 20 ans plus tard, ils seraient célèbres. Cela s’entendait déjà quand nous étions enfants.
  • Sasha Masakowski (Classe de 2004, Théâtre musical) : J’ai fait connaissance avec les musiciens de jazz car ils jouaient tous dans la fosse d’orchestre pour nos comédies musicales. Et ils venaient à toutes mes fêtes. J’étais la reine de la fête du NOCCA ! J’organisais ces fêtes épiques dans la maison de mes parents les week-ends. Lors d’une fête, nous avons eu une grosse jam session, et mon père (Steve Masakowski d’Astral Project) est sorti et a commencé à jouer avec tous les gars.
  • Jonathan Batiste : Un jour, Khris Royal et moi, nous jouions ce concert pour un barbecue avec Joe Dyson (batterie), qui était un peu plus jeune que nous. Il était si petit que son pied n’atteignait pas la pédale de la grosse caisse. Nous ne pouvions pas ajuster le tabouret, mais je me souviens m’être retourné pendant le concert pour voir Joe, debout, qui se donnait à fond.
  • Christian Scott : La première fois que j’ai trainé avec Trombone Shorty, je voulais voir ce qu’il pouvait faire alors j’ai joué un air à la trompette. Quand j’ai eu terminé, il a pris mon instrument et il me l’a rejoué exactement. J’ai eu un choc. Je ne savais même pas qu’il savait jouer de la trompette.

Le NOCCA Institute fournit un financement supplémentaire pour le NOCCA et défend l’excellent programme du NOCCA. Avec le soutien de corporations, de fondations et de personnes individuelles en Louisiane et dans le monde, l’Institut a permis de transformer le NOCCA en un établissement de formation des arts professionnels de pointe.


N’hésitez pas à parcourir en plus de cette chronique le blog de Nathalie :
laventurelouisianaise.blogspot.com/2018/09/welcome-to-my-new-world.html


Crédits Photos : noccainstitute.com