Posted by
MNOPerigord TOUR 2019 Concerts

Muddy Gurdy Trio, Mardi 16 juillet , 20h45, La Forge de Savignac-Lédrier

La Dordogne est un territoire regorgeant de richesses, autant architecturales que culturelles, profitez de votre journée en découvrant les endroits que nous vous suggérons avant d’attaquer une soirée festive en diable !

Créé sur une idée originale du percussionniste Marc Glomeau de réunir la chanteuse guitariste Tia (prix Cognac Blues Passions 2012) et le vielliste Gilles Chabenat, « Hypnotic Wheels » propose un univers singulier et onirique puisant aux sources des musiques afro-américaines et du Centre de la France.

L’improbable association de la vielle et de la calebasse africaine, illuminée par la guitare et la voix de Tia, génère un son inédit, celui d’une d’une transe perpétuelle – d’où son nom – nourrie de pulsations technoïdes martelées à la calebasse. Basses et autres riffs distordus de la vielle tournent comme des astéroïdes autour d’une voix envoûtante. Le trio, accompagné de l’ingénieur du son Pierre Bianchi, a été plébiscité lors de son concert au festival 7 Nights to the Blues à Saint-André-lez-Lille début 2013, et sur toutes les scènes sur lesquelles ils se sont produits depuis. Leur premier album, « Hypnotic Wheels » est sorti à l’automne 2014, après un EP de 4 titres l’hiver précédent. Ils sont partis enregistrer leur second album dans le Mississippi au printemps 2017. « Muddy Gurdy » est sorti à l’international en février 2018, distribué par le label américain Vizztone.

Tia Gouttebel (guitare, chant)

Remarquée par le guitariste américain Larry Garner, Tia s’impose peu à peu comme l’une des rares guitaristes chanteuses françaises à s’être réellement approprié ses influences musicales. En 2002, elle forme son groupe, Tia & The Patient Wolves, à la tête duquel elle se produit dans des clubs en France et en Europe, et dans des festivals prestigieux : Cognac Blues PassionsCahors Blues Festival et Salaise Blues FestivalKwadendamme Festival (Hollande), Blues in Bloom (Belgique), et en première partie d’artistes internationaux comme Jimmy JohnsonLouisiana RedJohn Mayall… Prix Cognac Blues Passions en 2013, elle ouvre pour Charlie Musselwhite et Ben Harper devant plus de 6000 spectateurs.

Son parcours musical l’a conduite à plusieurs reprises aux Etats-Unis (Memphis, Mississippi, La Nouvelle-Orléans, Austin, Los Angeles, Floride), où elle est invitée à partager la scène avec des musiciens incontournables, le bassiste Leroy Hodges (Al Green), les guitaristes Kirk Fletcher et Johnny Moeller (The Fabulous Thunderbirds), le batteur James Gadson (Bill Withers), l’harmoniciste Lynwood Slim

Gilles Chabenat (vielle électroacoustique)

Gilles Chabenat débute la vielle à l’âge de 13&ans. Il suit les cours de Georges Simon, et remporte plusieurs prix. Il se consacre au répertoire de sa région (Berry), avec déjà l’idée d’aborder d’autres styles musicaux. Dans le sillage de Valentin Clastrier, il réinvente l’instrument et ses techniques de jeux. A la même période et après plusieurs années de recherches, le luthier Denis Siorat élabore un instrument électroacoustique, de conception contemporaine, qui permet d’intégrer la vielle dans le champ des musiques actuelles. En 1992, Gilles rejoint le groupe corse I Muvrini pour une aventure de douze ans. Il multiplie les rencontres (Véronique SansonFlorent PagnyStephan EicherJean-Jacques GoldmanSting…) et collabore avec des musiciens de jazz (Vincent MascartJacques MahieuxAlain BruelAlain GibertJean-Marc Padovani…).

Gilles participe au renouveau de Malicorne avec un fameux live enregistré aux Francofolies. Sa vielle apparaît dans la musique composée par Jannick Top pour le film de Pierre Jolivet, “Le Frère du Guerrier”. Son approche de la vielle privilégie le caractère multiple d’un instrument qui se métamorphose et se réinvente depuis plus de mille ans. Comme le montre sa collaboration avec Hypnotic Wheels.

Marc Glomeau (percussions, calebasse, choeurs)

Percussionniste, compositeur, producteur, Marc Glomeau fonde Black Chantilly, un des groupes phares du jazz afro-cubain français avec lequel il tourne pendant dix ans. Marc travaille avec de nombreux artistes de la scène jazz, world française ou américaine : Bruno AngeliniThierry PealaRosy BazileCheb BilalArthur H. Sa rencontre avec le batteur et compositeur Marlon Simon (nominé aux Grammy Awards avec l’album « In Case You Missed It ») marquera un tournant dans sa carrière. En 2008, le projet “Black Chantilly invite Marlon Simon” remporte le prestigieux prix du French American Jazz Exchange, attribué par Culture France et la Chamber Music of America. Prix suivi par une tournée sur la côte est des Etats-Unis.

Extrêmement créatif, il est à l’origine de nombreux projets originaux, dont Racines (septet mêlant cultures afro-vénézuéliennes et du Centre de la France), avec Marlon Simon et Gilles ChabenatMère Grand & The Sound Avengers (concert pop délirant, revisitant les grands génériques de séries télévisées à la sauce seventies), Akrofo System (exploration des liens entre le jazz et les rythmes africains avec le pianiste Philippe Monange), et, Hypnotic Wheels. Il anime des stages autour des rythmes afro-cubains et des percussions dans les Écoles nationales de musique, les conservatoires et associations.

« Dans le sillage des frottements de la vielle française, on s’enfonce ainsi dans le Deep South américain, avec quelques « fils de », tels Cedric Burnside et Shardé Thomas. Capté dans son jus, dans les bars et les fermes, avec croassements, bruits d’orage et de bitume mouillé, ce blues percussif (des reprises) qui sent la bière et le foin coupé nous fait salement tanguer le cœur. » –Télérama

« En fermant les yeux, on est sous le porche d’une shotgun house à écouter les musiciens dans le jour qui s’efface. Le répertoire est incontestablement bon. Les ombres tutélaires des aînés surplombent de bout en bout, rappelant que le blues appartient de plein droit aux musiques du monde. Un blues juteux, vivant, dynamique qui s’éclate avec un naturel fou dans cette rencontre alchimique avec le trio français. Muddy Gurdy ouvre une nouvelle alternative au blues et réussit la rencontre inédite de deux cultures jamais associées jusqu’à aujourd’hui. » – Les Inrocks.


Muddy Gurdy Trio – Going Down South


La Forge de Savignac-Lédrier

Édifiée vers 1521, la forge de Savignac-Lédrier occupe un fond de vallée verdoyante de l’Auvézère, dominé par un château Renaissance rappelant l’origine seigneuriale de ses premiers propriétaires. L’ensemble du site, couronné par la chute amplement incurvée sur la rivière, découvert de la route menant au bourg de Savignac, offre à n’en pas douter une des vues les plus expressives et des plus gratifiantes du Périgord.

Cette forge figurait parmi les grosses forges à bois qui, sous l’Ancien Régime, produisaient de la fonte et du fer à l’aide d’un haut-fourneau et d’une affinerie. La marche de l’usine reposait sur l’utilisation de l’énergie hydraulique et sur l’emploi d’une main d’œuvre paysanne, uniquement en période hivernale.

Contrairement aux autres établissements du Périgord qui, au milieu du XIXe siècle, cesseront leurs activités sous la pression de la concurrence des fers au coke dans les grands centres métallurgiques du Nord de la France, la forge familiale de Savignac-Lédrier continuera sa production jusqu’à l’extinction de son haut-fourneau en 1930. Cette destinée pour le moins singulière doit beaucoup à la famille Combescot qui, devenu propriétaire du domaine au lendemain de la Révolution française, mobilise le savoir-faire de ses membres pour innover et moderniser son outil de production. Elle représentait au début du XXe siècle le point de développement ultime atteint par la sidérurgie au charbon de bois, au moment même où la forge entamait son inéluctable déclin. Un atelier de tréfilerie, produisant des pointes longues, puis essentiellement des clés de boites à sardine perdureront jusqu’en 1975.

Classée monument historique en 1979, propriété du Conseil général depuis 1990, la forge de Savignac-Lédrier fait l’objet d’un programme de restauration et de mise en valeur destiné à parfaire l’accessibilité au public sur ce site emblématique de l’industrie sidérurgique du Périgord Vert. Après la restauration des bâtiments extérieurs du haut-fourneau, de l’atelier de pointerie, les actions à venir porteront sur la remise en état des infrastructures hydrauliques, en particulier la soufflerie.

Le logement ouvrier, aussi nommé « cantine » a été réhabilité et constitue depuis 2010 un espace d’accueil et de documentation pour les visiteurs et les classes patrimoine. Courant 2011, l’imposante halle à charbon de bois datée de 1824, dotée d’une charpente et d’un système d’aération à claires-voies remarquables, a également été restaurée à des fins d’espace d’expositions et de manifestations pouvant accueillir des groupes importants. Cette même année, le système de grue sur potence servant à manipuler la fonte à la sortie du fourneau a été remis en place à l’identique.

Découvrez, librement ou accompagnés, une face méconnue de l’histoire du Périgord. Édifiée primitivement, vers 1521, la forge, Monument Historique classé, est un vestige unique de cette activité, dans un cadre paysager exceptionnel.


Infos Pratiques

  • CONCERT GRATUIT
  • Forge de Savignac-Lédrier : 24270 Savignac-Lédrier – Tél. : 05 53 62 50 06 et 05 53 52 75 59
    Horaires : 10h-18h30
    Tarifs : 3 à 7€, gratuit – de 5 ans


Crédits Photos : Muddy Gurdy Trio, Père Igor, Sébastien Colpin.