Posted by
L'Aventure Lousiane

Tout au long de cette année, nous allons suivre les tribulations de Nathalie, bénévole MNOP, partie durant quelques mois à la Nouvelle-Orléans. Au travers de ses mots, Natalie nous offre un témoignage sincère et réel de NOLA.

« La jeune chanteuse créole de La Nouvelle-Orléans a laissé tomber son fameux violoncelle, mais reste fidèle au banjo, à la guitare et aux racines haïtiennes de sa folk languide. Elle présente le disque “Capitalist Blues” : un répertoire au swing plus dansant et aux accents assez rock, égaillé de cuivres joufflus et pour lequel elle est enfin accompagnée par un groupe en bonne et due forme. » – Télérama

31 – Leyla McCalla, la chanteuse aux racines Haïtiennes

« 24 Mars 2019,

Avec « The Capitalist Blues », Leyla s’inspire du climat politique actuel aux États-Unis où de nombreux problèmes sont financiers. « On a l’impression d’être tous enfermés dans une cocotte-minute dans ce pays, » dit-elle. C’est le troisième album de la chanteuse multi-instrumentiste après « Vari-Colored Songs : A Tribute to Langston Hughes » (2013) et « A Day for the Hunter, A Day for the Prey » (2016). Ces albums et le temps qu’elle a passé dans le groupe afro-américain The Carolina Chocolate Drops ont présenté sa vision dans des chansons qui ont révélé les réalités dans lesquelles les gens vivaient, souvent exprimées sous la forme de métaphores. 

Elle a exploré ses problèmes d’identité Créole Haïtienne dans des chansons dont les arrangements se concentraient sur la chanson. Elle chantait souvent en s’accompagnant au violoncelle, au banjo ou à la guitare.

Née à New-York, Leyla McCalla vit à la Nouvelle-Orléans depuis 2010. « A Day for the Hunter, A Day for the Prey » lui a permis d’élargir non seulement son étude de ses identités Créoles mais aussi ses sonorités, en invitant un certain nombre de musiciens à ajouter violon, clarinette, piano, guitare électrique et d’autres voix.

Dans « The Capitalist Blues », elle revoit sa relation avec la Nouvelle-Orléans, par le biais de sa relation florissante avec la communauté musicale de la ville, et cela l’amena à enregistrer pour la première fois avec un groupe. Le producteur Jimmy Horn lui a demandé de chanter sur une session avec son groupe de R&B très connu à la Nouvelle-Orléans, King James and The Special Men, à un moment où elle avait de nouvelles chansons, mais elle ne savait pas trop quelle forme elle devrait leur donner.

En chantant avec les Special Men, elle réalisa que le fait de travailler avec Jimmy Horn et son groupe à la Nouvelle-Orléans pourrait bien être ce qu’il lui fallait. La collaboration marque la première fois qu’une autre personne produit son travail. « The Capitalist Blues » montre un côté plus physique et plus dansant de la musique de McCalla. 

La chanson titre est un blues qui swingue et il est facile de reconnaître facilement le R&B classique de la Nouvelle-Orléans dans « Me and My Baby » et le calypso dans « Money is King ». L’album met aussi la voix Leyla dans un certain nombre de nouveaux contextes à mesure que la taille et la composition du groupe derrière elle varie de morceau en morceau. « Il y a plus d’arrangement », dit-elle, de sorte que sa voix ressort davantage de la manière dont les fans de ses précédents albums peuvent s’y attendre sur « Pennha » mais elle fait clairement partie d’un groupe plus agité sur « Me and My Baby ». Les pressions auxquelles font face les gens viennent se placer en filigrane sur certaines chansons, mais elles sont tangibles et personnelles dans d’autres.

« Heavy as Lead » aborde la menace causée par le plomb dans le sol, un problème auquel Leyla a été confrontée personnellement quand sa fille a été testée positive à des niveaux de plomb élevés. « The Capitalist Blues » est superficiellement différent des albums précédents de la chanteuse, mais elle entend les connexions entre eux. Elle chante toujours certaines chansons en Créole Haïtien, le « langage de la résistance » selon elle, et elle continue à explorer la connexion entre la Nouvelle-Orléans et Haïti. Son intérêt pour les problèmes de justice sociale est toujours aussi vif et beaucoup des thèmes sont des extensions de ceux qu’elle a examinés sur « A Day for the Hunter, a Day for the Prey » . Les sujets sont très différents mais les chansons viennent du même endroit. 

« Pour moi, tout cela reste de la folk » dit-elle. L’album est frappant car Leyla McCalla emploie une palette musicale plus large que dans ses albums précédents, qui implique souvent un groupe entier et des percussions. On remarque toutefois l’absence d’un instrument, le violoncelle, qui a été son instrument signature tout au long de sa carrière solo et de son passage avec les Carolina Chocolate Drops.  « Je suis arrivée dans un endroit où je sens qu’on n’est pas nécessairement obligé de jouer du violoncelle pour faire de l’art » dit-elle. 

Leyla McCalla répond dans l’interview Offbeat, par John Wirt – 27 février 2019

« Vous me dites toujours qu’il faut gravir les échelons. Je dois payer mes dettes. Mais à mesure que je m’élève, les enjeux montent. J’ai le blues du capitaliste. Quand je donnerai tout ce que j’ai, je n’aurai pas grand chose d’autre à perdre.|» – Leyla McCalla, « The Capitalist Blues »

Leyla McCalla réfléchit à l’état discordant des États-Unis dans son troisième album : « The Capitalist Blues ». C’est un sujet vaste et épineux, mais son humour las du monde allège ce poids. Sorti le 25 janvier, « The Capitalist Blues » a débuté à la 14e place au classement des albums de jazz et à la 5e place au classement des albums de jazz contemporains.

Malgré les classements jazz de son album, c’est un autre des divers projets de Leyla McCalla. Auteur-interprète et multi-instrumentaliste, elle aligne ses paroles réfléchies avec les styles traditionnels de la Nouvelle-Orléans, jazz, zydéco, calypso, le rythm and blues vintage et la musique de la patrie de ses parents, Haïti.

Jimmy Horn, du groupe de rhythm and blues porteur de flambeau de la Nouvelle-Orléans, King James and the Special Men, a produit « The Capitalist Blues ». L’ingénieur vétéran Andrew « Goat » Gilchrist (Maceo Parker, The Meters, The Neville Brothers) a enregistré le projet, qui prit son envol une fois que Horn invita Leyla McCalla à proposer une nouvelle version du standard local « Eh La Bas » avec les Special Men. Le label Special Man Industries de Horn sortira « Eh La Bas » le 1er mars en single numérique et en vinyl 45 édition limitée.

« Je remercie Leyla de m’avoir fait confiance avec ses chansons » ,a dit Horn de son travail de production pour « The Capitalist Blues ». « C’est un album qu’elle seule pouvait créer et ce n’est qu’ici à la Nouvelle-Orléans que cela pouvait arriver. Leyla est une artiste hors normes dotée d’une vision remarquable. Je me sens privilégié d’avoir été le témoin de cette magie de si près. » 

Violoncelliste formée au classique, native de New-York, Leyla McCalla a déménagé à la Nouvelle-Orléans en 2010. Tim Duffy, un manager des Carolina Chocolate Drops, l’a repérée quand elle jouait des morceaux au violoncelle sur Royal Street, elle a rejoint le groupe afro-américain récompensé par un Grammy, co-fondé par Rhiannon Giddens et Dom Flemons.

L’album solo de ses débuts, « Vari-Colored Songs : A Tribute to Langston Hughes », sorti en 2013. « A Day for the Hunter, A Day for the Prey » a suivi en 2016.

En plus de sa carrière solo, Leyla McCalla est un membre de Native Daughters. En février, le groupe, composé de l’ancien membre des Carolina Chocolate Drop, Rhiannon Giddens, Amythyst Kiah et Allison Russell, a sorti son premier album, « Songs of Our Native Daughters ». Bien que Leyla McCalla compose des chansons sur des sujets plutôt lourds, cela n’empêche pas de ponctuer de petits rires une récente conversation à St. Coffee sur St.Claude.

Qu’est-ce qui a inspiré vos chansons de Capitalist Blues ? L’inspiration m’est venue de cette sensation de nager à contre-courant. Et nous nageons tous à contre-courant ensemble. Le système ne fonctionne pas pour tous de la même façon. Pour un petit nombre de personnes, cela fonctionne super bien. Mais pour une vaste majorité, pas du tout.

Vous tirez donc beaucoup d’idées des événements actuels ? J’écoute NPR. Je suis les actualités. Et maintenant, vous pouvez partager des informations si rapidement par le biais des médias sociaux. C’est difficile de ne pas savoir ce qu’il se passe si vous êtes sur ces plateformes. J’aime beaucoup lire aussi. Je m’inspire également de chansons folks vraiment anciennes. Ces vieilles chansons abordent les thèmes avec lesquels nous sommes toujours aux prises dans notre société aujourd’hui. Il y a encore un conflit autour de la pauvreté et de l’illégalité.  C’est le sujet de cet ensemble de chansons [The Capitalist Blues]. Elles questionnent la raison pour laquelle nous avons une inégalité galopante dans notre société et pourquoi nous ne le reconnaissons pas collectivement.

Pensez-vous que la lutte dont vous parlez s’applique tout spécialement à votre génération ? On vous dit d’aller au collège et d’étudier. Mais je sais que beaucoup de gens avec des diplômes de Master et des PhD enseignent encore le violon bénévolement. Ils ne peuvent pas trouver un « vrai boulot ». Il font juste de leur mieux pour naviguer dans la société et faire quelque chose de leurs vies.

Est-ce que vos parents, qui sont de Haïti, ont une réflexion socialement engagée et politique ? Comparé à beaucoup de famille, absolument. Mais mes parents ne m’ont jamais poussée à penser d’une certaine façon. Il voulait juste que j’ai une réflexion critique. Et cela a un peu trop bien marché.

Et vos parents avaient bon goût en matière de musique ? Ils aimaient le folk-pop. Des gens comme Paul Simon, James Taylor, Rod Stewart. Mes parents écoutaient aussi Buena Vista Social Club et de la musique haïtienne. Mon père m’a fait écouter la musique Tropicália du Brésil. Et quand j’ai eu 15 ans, je lui ai fait écouter Ani DiFranco. Maintenant, il est encore plus fan que moi.

Bien sûr, Ani DiFranco vit aussi à la Nouvelle-Orléans. Êtes-vous amies ? Non. Mais j’ai travaillé avec elle sur le projet musical en prison de Zoë Boekbinder. Ani DiFranco le produit. Je l’ai donc rencontrée par ce biais et elle est vraiment cool. Je la vois parfois à Uptown, à l’école où vont nos enfants, mais je suis un peu trop timide pour dire, « Hé, tu te souviens de moi ? J’ai été chez toi. »

The Capitalist Blues est catalogué comme un album de protestation. Cela me va. Mais mes autres albums ont aussi des chansons de protestation. La poésie de Langston Hugues est devenue la musique de protestation sur mon premier album. Même certaines des chansons folk haïtiennes traditionnelles sont devenues des chansons de protestation en raison du concept qui est derrière l’album. Mais, oui, je serai une chanteuse qui proteste.

Comment est-ce que Jimmy Horn est devenu le producteur de votre nouvel album ? Il m’a invité à enregistrer « Eh La Bas. » C’était un projet amusant. J’ai fait des recherches sur toutes ces différentes versions de « Eh La Bas ». Il y a tellement de couplets que personne ne chante. J’ai trouvé une version qui avait des couplets en Créole. J’ai écrit les mots et je les ai chantés dans le studio.

Et plus tard, vous avez pensé que vous aimeriez que Horn produise votre album ? J’ai produit mes deux premiers disques moi-même, mais je voulais aller dans d’autres directions, acoustiquement, créativement, spirituellement. Je cherchais un producteur, mais cela ne se faisait pas. Alors j’ai joué ma chanson, « Heavy As Lead » pour Jimmy et Goat dans le studio. Jimmy était super enthousiaste, « Je veux le faire ! Ca serait tellement génial ». Le studio est à 5 minutes de chez moi en vélo. Et je pouvais avoir un groupe de musiciens de la Nouvelle-Orléans en invités sur le disque. Ce que nous avons ici est si spécial et si fort. Cela a donc été intégré dans le disque.

Comment c’était de travailler avec Horn comme producteur ? Les gens connaissent Jimmy parce qu’il joue les Lundis soirs au Saturn Bar avec les Special Men. Mais il comprend tellement bien la musique pan-africaine au niveau spirituel et musical. C’est de là que vient notre connexion, parce que c’est tellement ce que ma musique aborde. Nous avons adoré travailler ensemble. On s’est tellement amusé. Et c’était génial de penser, « Oui, la Nouvelle-Orléans c’est suffisant ». La Nouvelle-Orléans est l’endroit où cette musique doit voir le jour. C’est là d’où le message de cet album doit venir. En plus des membres des Special Men, on compte parmi vos invités pour l’album Louis Michot des Lost Bayou Ramblers ; le musicien zydeco Corey Ledet ; le batteur du Preservation Hall et Palm Court Café Shannon Powell ; le guitariste et joueur de banjo du Sun Ra et Preservation Hall Carl LeBlanc ; et la chanteuse Topsy Chapman et ses filles, Jolynda et Yolanda. Ils ne sont pas bien connus à l’extérieur de la Nouvelle-Orléans, mais ici, ce sont des légendes. Pour moi, l’histoire de ce disque ne se limite pas à des messages politiques et sociaux. C’est aussi un paysage acoustique totalement différent. C’est un de mes projets dont je suis la plus fière, étendant la signification de mon art. Mon art était très connecté à mon jeu de violoncelle et ma présence avec les Carolina Chocolate Drops. Mais cet album affirme que j’ai bien plus de choses à dire et que je ne suis pas liée à un seul instrument ou à une facette de ma personnalité en tant qu’artiste.

Pourquoi est-ce que le violoncelle, votre instrument principal, celui que vous avez étudié, n’est pas sur l’album ? Ce n’était pas délibéré. C’était faire ce qui était le mieux pour la chanson. Nous voulions être fidèles à chaque chanson et son sous-genre. Mais je ne m’en éloigne surtout pas. Jouer du violoncelle, c’est ma façon de penser, ma connexion avec la musique.

Pourquoi avez-vous déménagé à la Nouvelle-Orléans en 2010 ?Je cherchais ma voix créative. J’essayais de savoir si je pouvais vivre de ma musique, et même si je devais vraiment être musicienne. Je savais que je pouvais gagner de l’argent en jouant de la musique dans la rue, j’allais en vélo avec mon violoncelle sur le dos sur Royal Street et je jouais tous les jours. J’y étais cinq jours sur sept. Cela marchait super bien. Des fois, je me dis, « je devrais vraiment revenir dans la rue ». Beaucoup de gens, Tuba Skinny et Doreen Ketchens, y sont encore.

Cela fait presque une décennie que vous vivez à la Nouvelle-Orléans. C’est chez vous maintenant ? « Mon mari vient du Québec. Parfois je réfléchis à déménager à Montréal. Et puis, je me dis, « Impossible. Je me gèlerais. Je serais malheureuse ».

Mais vous avez vécu à New York pendant l’hiver. J’ai détesté l’hiver. Je n’aime même pas l’hiver ici. Et il y a quelque chose de si spécial d’être ici à la Nouvelle-Orléans. La ville m’inspire tellement. J’ai une communauté extraordinaire d’amis et de soutien. Ma tante vit aussi ici maintenant. Ma sœur a déménagé ici. Ma mère se partage entre ici et Haïti. J’ai créé des racines solides. Je me suis mariée ici. Mes enfants sont des Néo-Orléanais.

Vous vous êtes rendue de nombreuses fois à Haïti au cours de votre enfance. Quand vous êtes venue pour la première fois à la Nouvelle-Orléans, est-ce que la ville vous a rappelé Haïti ? Oui. Dès la première fois où je m’y suis promenée, surtout dans le Quartier français et le Quartier du Bywater. L’architecture est si similaire. Et quand j’ai été à Cap-Haïtien au nord d’Haïti, j’ai pensé, « C’est la Nouvelle-Orléans. » Et depuis que je suis arrivée ici, surtout ces deux dernières années, il y a eu de plus en plus de conversations sur les connexions entre Haïti et la Nouvelle-Orléans. C’est tellement spécial d’en faire partie. »


Leyla McCalla – Money Is King


N’hésitez pas à parcourir en plus de cette chroniques le blog de Nathalie :
laventurelouisianaise.blogspot.com/2018/09/welcome-to-my-new-world.html


Crédits Photos : Le Progrès, Paris Global Forum, Public Radio International.