Cette année encore, MNOP va nous entrainer dans les profondeurs de la culture New-Orleans. En s’approchant doucement du 20me anniversaire de sa création, MNOP continue de se renouveler et de proposer des artistes aux horizons variés, aux palettes musicales infinies, pour un dépaysement rafraîchissant digne d’une Old Absinthe House !

La Louisiane Vicinale

D’un vieux blues du fond du Mississippi joué sur une vielle du Massif Central à une fanfare Béninoise en mal de Funk néo-orléanais, les pistes tracées par MNOP empruntent parfois des voies atypiques.

Quand la route départementale se transforme en chemins de hallage ou en sentiers de sous-bois, le groove neo-orléanais trouve son rythme vicinal. Un rythme qui paye son dû à la ville originelle du jazz et du funk mélangeant les influences au gré des rencontres et des références.

À l’inverse de quelques grosses machineries festivalières promptes à solder leur âme pour pérenniser le confort matériel de leur direction, notre projet musical n’est pas à vendre.

Vicinal est un adjectif en compagnie duquel nous aimons nous promener. La mise en lien des villes et villages voisins au fil d’une programmation spécifique nous correspond et nous permettra, cette année encore, de proposer une trentaine de concerts estivaux.

Un hommage de l’Afrique à la musique de la Nouvelle-Orléans, du blues du Mississippi revisité, un gospel improbable, une Section Rythmique ciselant les personnalités des jazzmen invités au gré des lieux, un pianiste anglais évadé de Morcheeba pour mieux célébrer le Rythm and Blues de la cité du Croissant, un ancien compagnon d’Art Blakey mêlant son saxophone au trombone prometteur de Lep Arruti sans oublier un accordéon cajun pour ouvrir et fermer, le mix créole se repaît de cette diversité nomade qui trouvera son point d’orgue le 20 juillet sur la plaine de Lamoura de Boulazac : Gran’Circus pour MnopTour, le slogan de l’été est lancé.

Crédit Photo : MNOP Festival